Politique et religion ne font pas bon ménage pour les Américains

Un récent sondage révèle que 63% des Américains estiment que les communautés religieuses devraient se tenir à l’écart de la politique.

Alors que les Américains se préparent pour une année d’élection présidentielle en 2020, leur message aux institutions et responsables religieux est clair: «Tenez-vous à l'écart». C'est ce que révèle le dernier sondage du centre de recherche américain, Pew Research. Selon cette étude, 63% des Américains estiment que les organisations religieuses ne devraient pas se mêler de politique. Et 76% d’entre eux trouvent qu’elles ne devraient pas faire de soutien politique.

Le sondage, qui a été effectué en ligne, en mars dernier, auprès de 6364 adultes, a également révélé qu'un peu plus de la moitié des Américains estime que le Parti républicain est favorable à la religion (54%). Alors que seulement un sur cinq (19%) pense ainsi pour le Parti démocrate. Selon Pew Research, les participants républicains affirment que le Parti démocrate est hostile à la religion, alors que la plupart des démocrates considèrent leur propre parti comme neutre envers la religion.

«Auparavant, les républicains étaient considérés comme des “amis“ de la religion et les démocrates comme neutres», a précisé David Campbell, professeur de démocratie américaine à l'Université de Notre Dame. «Actuellement, de plus en plus de gens disent que les démocrates ne sont pas favorables à la religion.»

Mais l'idée que la religion ne devrait pas jouer un rôle aussi important en politique dépasse les communautés religieuses. Les juifs et les personnes non affiliées sont plus susceptibles que les chrétiens à s'opposer au mélange de la religion et de la politique. Cependant, même parmi les chrétiens, 70% déclarent que les organisations religieuses ne devraient pas soutenir des candidats à des fonctions politiques, et plus de la moitié (54%) déclarent que les Églises devraient rester en dehors des questions politiques.

De la politique pendant les offices religieux

Ces positions s'étendent aussi à la chaire. Bien que la plupart des gens qui assistent à des offices soient satisfaits de la quantité de discussions politiques qu'ils entendent dans les sermons, ils ont tendance à faire moins confiance au responsable religieux sur des questions politiques brûlantes.

Seulement 39% des personnes qui assistent plusieurs fois par année à des services religieux ont «très» confiance en leur responsable pour fournir des conseils utiles sur l'avortement. Ils sont beaucoup moins confiants par rapport aux questions d'immigration (20%) et de changement climatique (13%). Les catholiques, en particulier, sont toujours moins enclins que les protestants à faire confiance à leur clergé sur ces trois questions.

«Par exemple en ce qui concerne l'avortement, 34% des catholiques disent avoir vraiment confiance en leur clergé pour donner des conseils qui les aident à se forger une opinion, contre 46% de l'ensemble des protestants et 57% des protestants évangéliques», révèle le sondage. Parallèlement, plus de la moitié des personnes interrogées trouvent que les communautés religieuses font plus de bien que de mal dans la société américaine; seulement 20% pensent le contraire.

Le sondage a également révélé des différences ethniques au sein des démocrates quant au rôle de la religion dans la société: 57% des démocrates noirs disent que les organisations religieuses font plus de bien que de mal dans la société américaine. Les démocrates blancs n'en étaient pas si sûrs, avec seulement 39% d'entre eux qui étaient d'accord avec cette affirmation.

Les démocrates afro-américains se sont également distingués pour avoir les opinions les plus négatives sur le rapport de l’administration Trump à la religion: 61% d'entre eux ont déclaré que l'administration était «hostile» à la religion. «Leur compréhension de la religion et de la politique est très différente de ce que les blancs américains perçoivent», a constaté Tobin Grant, professeur de sciences politiques à l’Université du Sud de l’Illinois.

Claire Gecewicz, la principale chercheuse de l’étude, a précisé que même si Pew Research avait déjà posé des questions similaires dans le passé, les méthodologies étaient différentes. Les sondages précédents ont été effectués par téléphone; ce sondage-ci en ligne et, par conséquent, il n'y a pas vraiment de comparaison à faire avec les données antérieures.

Pour David Campbell, qui étudie le rôle de la religion dans la vie civique aux États-Unis, le fait que 76% des Américains sont mal à l'aise avec les communautés religieuses qui font du soutien politique est significatif. «Beaucoup d'Américains quittent la religion à cause de responsables religieux qui prennent des positions politiques», a-t-il dit. «C’est une indication supplémentaire des risques pris par les chefs religieux qui se lancent en politique. Ils risquent de faire fuir des personnes qui viendrait autrement à l’église.»