Les journalistes, colporteurs de «fake news»?

Une nouvelle étude relève qu’une majorité d’Américains évangéliques blancs accusent les journalistes de propager de fausses informations.

Une nouvelle enquête du Pew research center révèle que les évangéliques blancs sont plus inquiets par rapport aux «fake news» que tout autre grand groupe religieux américain. Ils sont également les plus enclins à accuser les journalistes d’en être responsables. Selon ce nouveau rapport, publié début juin, 59% d’évangéliques blancs affirment que les fausses informations sont un «très gros problème» aux États-Unis. Et 27% supplémentaires estiment qu’il s’agit d’un «relativement gros problème».

En revanche, seulement 50% des chrétiens blancs traditionnels, 42% des protestants noirs et 46% des catholiques décrivent les «fake news» comme un «très gros problème». Ces chiffres concernent 49% des Américains non affiliés à une religion ainsi que 50% du grand public. Cet écart s’ajoute aux nombreux signes d’un large fossé idéologique entre les évangéliques blancs et les autres groupes religieux américains. Un fossé qui pourrait avoir des répercussions politiques alors que la saison électorale 2020 commence sérieusement.

La dénonciation des soi-disant fausses nouvelles a été un élément clé du discours politique du président Trump, qui continue de bénéficier d’un solide soutien de la part des évangéliques blancs. Le président accuse souvent les journalistes de diffuser de fausses informations, comme il l’a fait mardi 18 juin lorsqu’il a lancé sa candidature à la réélection. «Il y a beaucoup de “fake news” par là-bas», a affirmé Trump désignant un groupe de journalistes à l’arrière de la salle, lors de son discours devant la foule.

Accuser les journalistes

Bien que l’enquête de Pew rapporte que les chrétiens évangéliques — comme la plupart des Américains — accusent principalement les groupes militants (71%) et les dirigeants politiques (63%) de propager de «fake news», les évangéliques se démarquent des autres groupes par rapport à leurs opinions sur les journalistes. Quelque 52% d’entre eux estiment que les journalistes propagent de fausses informations. Parmi les autres groupes religieux, 40% des chrétiens blancs traditionnels, 31% des protestants noirs, 39% des catholiques et 28% des non affiliés à une religion affirment la même chose. Dans l’ensemble, 36% du grand public pense que les journalistes créent beaucoup de désinformation.

Elizabeth Sciupac, chercheuse au Pew research center, remarque que les évangéliques blancs et les autres groupes religieux partagent la même opinion lorsqu’il s’agit de régler les problèmes des fausses informations. «Ils estiment que les médias ont la plus grande responsabilité par rapport au nombre de fausses informations comparé au public, au gouvernement ou aux entreprises de technologie. C’est donc la presse qui peut en réduire le nombre. Les évangéliques blancs sont les plus enclins à l’affirmer, à 68%», a-t-elle relevé dans un courriel à RNS.

Jack Jenkins, RNS/Protestinter