Les Eglises nationales allemandes perdent des membres, mais gardent une excellente réputation

Les Eglises restent un acteur important de la société. Leurs activités sociales et culturelles, en particulier, son appréciées et utilisées par la population, selon une étude menée dans la région de Hanovre.

Photo: L'Eglise réformée de Hanovre Calenberg

(EPD/Protestinter) Les Eglises protestantes ont mené une nouvelle étude à Hanovre. Les recherches montrent que malgré la diminution de leurs effectifs, les Eglises d’Etat restent perçues extrêmement positivement dans la population. «Environ deux tiers des répondants évaluent que travail des Eglises est majoritairement bon», explique Gerhard Wegner, chef de l’Institut des sciences sociales de l’Eglise protestante d’Allemagne, jeudi (15 mars) lors de la présentation des résultats.

Pour la première fois, depuis la création de l’institut, un sondage a été mené dans la région de Hanovre auprès d’un pannel représentatif composé non seulement de membres de l’Eglise, mais également de personnes issues de la population générales. «Il est important de souligner que cette image positive des Eglises est partagée également par des personnes d’autres religions ou sans religion», a ajouté Gerhard Wegner. «Notre action semble toucher des personnes au-delà du cercle de nos membres.»

Lorsqu’elle évalue le travail de l’Eglise, la population ne prend pas seulement en compte les services religieux. Non seulement de nombreux répondants connaissent les offres pour les familles, les jeunes ou les retraités, ainsi que les activités culturelles telles que les concerts, les lectures et le théâtre, mais en plus ils y recourent. C’est l’une des surprises «euphorisantes» de cette étude, se réjouit le directeur, pour qui, jusqu’alors la résonnance des offres de l’Eglise dans les zones résidentielles avait échoué.

Gerhard Wegner explique que bien qu’avant la population hanovrienne, participaient davantage à la vie de l’Eglise, l’Eglise garde un rôle important de la société urbaine. «Nous ne sommes pas une secte, pas un dépanneur, mais nous sommes un acteur important de la société, même si nous sommes dans une situation minoritaire.»

L'Institut Eglise-Ville de l’Association des Sciences sociales de Hanovre a interrogé plus de 2000 citoyens pour son étude menée fin 2015 —début 2016 à Hanovre, Garbsen et Seelze. Selon ce groupe de recherche, l’Eglise luthérienne de la région compte environ 200’000 membres, ce qui représente environ un tiers de la population. Environ 13% de la population est membre de L’Eglise catholique.