La Suisse lutte contre la traite des êtres humains

Une campagne de lutte contre la traite des êtres humains a lieu du 18 au 25 octobre en Suisse. Elle réunit 27 organisations, dont la Confédération et les cantons. Chaque année, des millions de personnes sont victimes de ces pratiques partout dans le monde.

«Il y a sûrement beaucoup plus de victimes de la traite des êtres humains que ce que nous révèlent les statistiques. Il est très difficile d’avoir des chiffres précis car ces pratiques ont lieu dans l’ombre», explique Boris Mesaric, responsable du Service de coordination contre la traite d’êtres humains et le trafic de migrants.

Selon les rapports de l’Organisation des nations unies (ONU), 22 000 personnes ont été répertoriées, entre 2007 et 2010, en Europe centrale et de l’est. Parmi ces victimes, on trouve 61% de femmes, 20% d’hommes, 15% de jeunes filles et 4% de garçons.

«Même si les chiffres sont en-dessous de la réalité, il est important de prendre conscience que la Suisse n'est pas un zerritoire préservé et que la traite des êtres humains a lieu partout dans le monde, encore aujourd’hui», précise Boris Mesaric. En 2012, en Suisse, la police fédérale a estimé entre 2000 et 3000 victimes potentielles alors que seulement 78 cas ont été dénoncés.

Une semaine de manifestations

Pour la première fois, une manifestation d’une semaine a lieu en Suisse pour sensibiliser la population à ce problème. Au total, 18 manifestations ont lieu dans 12 cantons. A Fribourg, l’exposition «Rêves évaporés… avenir brisé» abordera la question de la traite des femmes et de la prostitution forcée. A Lausanne se déroulera une journée de réflexion sur le partenariat dans la lutte contre la traite des êtres humains.

La manifestation se clôtura à Berne sur le Waisenhausplatz où le public aura la possibilité de participer à la construction d’un labyrinthe en bois qui sera peint par les passants et des écoliers. Soutenue par le Confédération et les cantons, cette alliance rassemble aussi des organisations comme Amnesty international, United Nations for human rights ou encore la Fondation suisse pour la protection de l‘enfant.

Cette campagne fait partie des mesures qui ont été prises lors de la Conférence contre la traite des êtres humains, l’année passée. Lors de cette rencontre, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga avait souligné que «seule la pointe de l’iceberg» est visible aujourd’hui en matière de traite des êtres humains. (comm./lv)

Liens

Le site de la manifestation