Paris s’ouvre aux «Protestants en fête»

«Paris d’espérance», tel est le thème de cette deuxième édition de «Protestants en fête» qui se prépare à accueillir 20 000 protestants ce week-end à Paris. Après le succès de la première édition, qui s’était déroulée en 2009 à Strasbourg et avait réuni 15 000 participants, c’est la capitale française qui sera le théâtre de cette manifestation organisée par la Fédération protestante de France sur le modèle du grand «Kirchentag» allemand.


C’est le vendredi 27 septembre que sera donné le coup d’envoi de «Protestants en fête», qui sera marqué par deux temps forts au Palais omnisports Paris-Bercy, un concert-spectacle dans la soirée du samedi 28 septembre et un grand culte le lendemain à 10h30, accompagné par un ensemble de 1000 choristes venus de toute la France.

Les trois jours de la fête seront à la fois une occasion pour les protestants de différentes dénominations d’apprendre à mieux se connaître et de créer des liens, dans l’élan donné par la naissance de l’Eglise protestante unie (luthéro-réformée) au mois de mai dernier, mais aussi de se rendre plus visibles dans une société où le protestantisme est très minoritaire (3% de la population se déclarent protestants), traditionnellement discret et souvent mal connu.

Des centaines d’animation au programme

Disséminées dans toute la capitale, accueillies par des églises ou réparties en « villages » (Village Jeunesse, Village des Médias et Editeurs protestants, Village des Eglises et des Institutions, Village Solidarités), des centaines d’animations seront proposées aux participants durant les trois jours de la fête. On pourra ainsi s’initier à l’ikebana, cet art japonais du bouquet, apprendre des danses du monde, suivre un parcours méditatif avec les femmes des évangiles, ou encore assister à des concerts et des représentations théâtrales.

Mais les participants seront aussi invités à tester des initiatives plus originales, comme «Protestants en boîte», une activité du service télévision de la Fédération protestante qui proposera de prendre place dans une «boîte-vidéo» et d’y répondre, sous l’œil d’une caméra, à des questions plus ou moins sérieuses sur le protestantisme; les interviews seront ensuite mises en ligne sur Youtube.

Porter l’espérance

Le choix de construire ce grand rassemblement autour du thème de l’espérance n’est pas anodin dans une France dont l’actualité récente, du «mariage pour tous» aux polémiques autour de l’accueil des populations Roms, a mis en lumière les profondes divisions. «Notre société souffre d’une culture de la défiance, du repliement sur des identités fragilisées et de la peur de l’étranger», écrit le pasteur Claude Baty, président sortant de la Fédération protestante de France, aux participants. «Protestants, chrétiens, nous avons une lumière intérieure qui ne peut nous laisser ni muets ni inertes.»

Dans les Villages, nombre d’organismes feront découvrir au public leur manière d’être porteuses d’espérance: le Défi Michée, mouvement mondial qui lutte contre la pauvreté, présentera sa campagne contre la corruption; l’ordre de Saint-Jean, pendant protestant de l’ordre de Malte, partagera son engagement auprès des malades et de leurs familles; Oikocredit fera découvrir ses activités de microcrédit et de finance solidaire...

Aider les familles

Au-delà de l’aspect ecclésial ou sociétal, des animations proposeront aussi de redécouvrir l’espérance au cœur de la famille. L’organisation La Cause organisera des tables rondes sur des thèmes comme la crise et la réconciliation dans le couple, la sexualité, la place des écrans dans la vie de famille.

Au Village des Eglises et des Institutions, les couples qui le souhaitent pourront aussi bénéficier d’un entretien de relation d’aide avec un accompagnant. «Dans notre société, un couple sur deux vit l’échec du divorce», explique le pasteur Pierrot Munch, qui collabore avec La Cause depuis sept ans. «Nous essayons d’aider les couples à transformer cet échec en nouveau chemin de vie, de les aider à voir les crises de la relation de couple non comme le signe qu’on s’est trompé de partenaire, mais comme une invitation à avancer, à évoluer, à se transformer.»

Manifeste

Le danger serait de faire de cette manifestation un feu de paille éphémère, mais la Fédération protestante de France montre la volonté de donner une impulsion durable à l’engagement des chrétiens dans la société bien au-delà de «Protestants en fête». Elle a donc lancé un « Manifeste pour l’espérance » qui invite à poursuivre un engagement de fraternité et d’ouverture au sein de la société.

«Les croyants sont persuadés qu’il n’y a pas d’espérance sans confiance», affirme le texte. «Celui qui reçoit le Christ reçoit en même temps des frères et sœurs à l’échelle du monde. Nous appelons donc les chrétiens à donner à leur espérance le visage du Christ des Béatitudes». Ce manifeste a déjà été signé par plusieurs personnalités françaises, comme le cardinal André Vingt-Trois ou encore Irène Frachon, le médecin qui a révélé le scandale du médicament coupe-faim Médiator. Une belle façon d’inviter les chrétiens à ne pas seulement faire de l’espérance le thème de trois jours de fête, mais l’œuvre d’une vie.

  • Le grand culte du dimanche 28 octobre au Palais omnisports Paris-Bercy sera retransmis en direct sur France 2 à partir de 10h30.
  • Lien vers le site de La Cause: http://www.lacause.org