Roland Decorvet quitte le Conseil de l'EPER

[pas de chapeau]
ref.ch/ProtestInfo - Le départ de l'actuel directeur de Nestlé Suisse force l'oeuvre d'entraide nationale des Eglises protestantes à compléter son conseil de fondation. La nomination du manager vaudois en 2008 avait durci les fronts entre tenants d'une plus grande professionnalisation de l'oeuvre et défenseurs d'une vision prophétique de sa mission.

La confirmation est tombée en fin de semaine dernière. Roland Decorvet, actuel directeur de Nestlé Suisse, quitte son poste pour reprendre dès janvier les activités chinoises de la multinationale veveysanne. La béance qu'il laisse dans les rangs du conseil de fondation de l'Entraide protestante suisse (EPER) sera comblée lors de l'Assemblée des délégués de la FEPS à Lausanne, en juin 2011. « J'ai un oeil qui rit et l'autre qui pleure, confie le président de l'EPER, Claude Ruey. La promotion asiatique de M. Decorvet me réjouit, mais nous perdons un fin connaisseur du management et de l'organisation d'entreprise. » Le conseil s'est d'ores et déjà mis en recherche d'une personnalité issue de la coopération au développement pour succéder au manager vaudois de 45 ans, qui n'a jamais caché son solide enracinement chrétien. Pétition de 3500 signatures

En été 2009, rappelons qu'une pétition munie de plus de 3500 signatures avait sommé l'EPER « de préciser les rapports qu'elle entend entretenir avec le monde économique ». Pour Pierre Bühler, professeur de théologie à Zurich, à la tête d'un comité de cinq personnes, « l'élection de Roland Decorvet est un symptôme, le signe d'un discret changement de cap de l'oeuvre d'entraide », avait-il expliqué à ProtestInfo.

Aujourd'hui, le soufflé semble être un peu retombé. Le conseil de fondation a par ailleurs été partiellement renouvelé. « Deux nouveaux membres viennent d'être élus pour la législature 2010-2013 », précise l'EPER dans un communiqué.

L'ancien député écologiste genevois Jacques-André Schneider d'abord, avocat et professeur titulaire en droit à l’Université de Lausanne, qui a présidé pendant dix ans le Conseil d’administration de la Fondation Ethos, dont il est le fondateur. Quant à Martin Stingelin, il est pasteur et président de l'exécutif de l’Eglise évangélique réformée du canton de Bâle-Campagne.

S. R.