Les élèves sur les chemins de la diversité religieuse

Le projet «Dialogue en route», destiné aux élèves de 12 à 18 ans, propose d’aller se frotter aux différentes communautés religieuses de Suisse. Initialement suisse-alémanique, l’offre se décline désormais à l’échelle nationale, dès le 15 septembre.

«La diversité religieuse et culturelle s’accroît en Suisse. Or, les gens ne la connaissent pas, ce qui peut mener à des malentendus, des préjugés, voire même des conflits», constate Mallory Schneuwly Purdie, directrice de «Dialogue en route» pour la Suisse romande. Ce projet vise à faire découvrir aux élèves du secondaire I et II, soit aux jeunes de 12 à 18 ans, la diversité au travers de visites thématiques dans des lieux en lien avec des communautés religieuses. Lancé en 2017 en Suisse alémanique, «Dialogue en route» se développe désormais à l’échelle nationale et inaugure ses offres de médiation culturelle à Genève, Fribourg, Lausanne, Delémont, La Chaux-de-Fonds et Martigny du 15 au 20 septembre prochain.

«Le fait de sortir du collège pour aller à la rencontre des communautés permet de donner un ancrage concret à ce qu’on étudie en classe», explique Martine Vonlanthen enseignante en sciences des religions au Collège (gymnase ou lycée selon les cantons) de Gambach à Fribourg. Avec deux classes différentes, Martine Vonlanthen a participé à des «visites-tests» avant que le projet ne soit lancé. L’une au temple de Fribourg et l’autre à l’espace Mouslima, une association de femmes musulmanes. «Par le biais de jeux et de discussions, nous avons abordé avec des représentants de l’association et des jeunes guides la question de l’intégration et ses enjeux de façon globale. Il n’est pas facile de trouver des personnes disponibles pour intervenir sur les questions religieuses et dont le discours est adéquat pour nos élèves», souligne cette enseignante, particulièrement satisfaite de ces deux «visites-tests», et qui va utiliser ce programme pour compléter ses cours.

Des visites en lien avec les cours

Les offres de «Dialogue en route» répondent au Plan d’étude romand (PER). Chaque visite peut être mise en lien avec le contenu des cours d’histoire, géographie, art ou encore dans le cadre du cours d’éthique et cultures religieuses pour les cantons qui le proposent. Par exemple, la question du matérialisme est discutée au travers de la visite du Centre bouddhiste Gendun Drupa, à Martigny. À La Chaux-de-Fonds, la communauté israélite propose de questionner la visibilité d’une religion dans la société. Quant à l’architecture religieuse, un parcours à Genève emmène les élèves à la découverte de quatre grands édifices.

«Il s’agit d’explorer la diversité sous l’angle non confessionnel, par l’expérimentation et le dialogue. À chaque rencontre, des thématiques spécifiques comme les minorités, l’intégration ou encore la laïcité sont abordées», ajoute Mallory Schneuwly Purdie qui est également sociologue et responsable de recherche au Centre suisse islam et société de l’Université de Fribourg.

Des jeunes encadrent les élèves

En plus des responsables des communautés, les visites sont animées par de jeunes guides de 18 à 29 ans, formés sur les différents sujets. «Ce projet permet de promouvoir le respect et la tolérance. C’est en allant à la rencontre de l’autre qu’on peut mieux l’intégrer», affirme Emma Dietsche, guide à la Cathédrale de Fribourg. «Nous y abordons la question de la place des femmes dans l’Église et la société au travers de quatre vitraux», explique cette étudiante de 21 ans en sciences des religions et sociologie. «Le fait d’avoir des guides qui ont pratiquement le même âge que mes élèves a facilité la discussion sur les croyances religieuses. Un sujet sur lequel ils se montrent plutôt réservés», constate Martine Vonlanthen.

«L’école est souvent très théorique. Aller sur le terrain à la découverte des gens est essentiel», relève Simon Bismuth, également jeune guide et responsable Jeunesse de la communauté israélite de Lausanne et du canton de Vaud. «Je vais m’occuper principalement des activités dans les synagogues, mais également dans d’autres endroits.» «Dialogue en route» est proposé aux enseignants durant toute l’année scolaire. Il est également ouvert à tous les groupes intéressés. Une quinzaine de communautés religieuses participent à ce projet en Suisse romande dont les réformés, les catholiques, les orthodoxes, la communauté israélite, les anglicans et les bouddhistes. Dans toute la Suisse, le projet compte environ 130 offres. «Dialogue en route» est porté par IRAS COTIS, l’organisme de coordination suisse des communautés religieuses et des organisations qui s’engagent pour le dialogue interreligieux.

Des visites publiques

Pour le lancement de ce projet en Suisse romande, des visites publiques ont lieu du 15 au 20 septembre:

  • Dimanche 15: Inauguration à Fribourg de 10h30 à 17h
  • Lundi 16: «Mosquée Ar-rahman: Vous avez dit «mosquée»?», à 17h15, à Delémont 
  • Mardi 17: «Synagogue: Itinéraire d'une (in)visibilité», à 17h, à La Chaux-de-Fonds
  • Mercredi 18: «Centre Gendun Drupa: Le bouddhisme au quotidien», à 17h45, à Martigny
  • Jeudi 19: «Complexe culturel musulman de Lausanne (CCML): Vous avez dit musulman-e?», à 17h, à Prilly
  • Vendredi 20: Histoire et architectures religieuses de 16h à 18h à Genève, à l’Église orthodoxe russe.