L’Église réformée vaudoise relève le défi

Pour rester pertinente et présente pour toute la société, l’Église réformée vaudoise opte pour l’innovation et la sortie d’un modèle principalement paroissial. Une stratégie validée par le synode réuni en session virtuelle les 11 et 12 décembre derniers.

Le renouveau, ça commence maintenant. En prenant acte du programme de législature de l’exécutif, le synode (organe délibérant) de l’Église évangélique réformée vaudoise (EERV) a validé la nécessité d’une mutation en profondeur de la mission, lors de sa session virtuelle d’hiver.

Avec cette nouvelle feuille de route, aux allures de programme d’Église plus que de législature, le défi lancé est de taille: réorienter la dynamique de l’Église pour que l’Évangile reste pertinent et puisse atteindre le plus grand nombre de personnes dans leur diversité, et ceci dans une société marquée par l’individualisation et la multiplication des offres et des propositions.

Une vision qui relève notamment d’un constat chiffré par l’exécutif: 5 à 10% des personnes sont encore séduites par les offres des paroisses. Ainsi, «le système paroissial, en tant que modèle principal, ne répond qu’à une partie des exigences de la société d’aujourd’hui», lit-on dans le programme.

Cultiver la biodiversité ecclésiale

La solution proposée: une économie mixte, ou «biodiversité ecclésiale», qui favorise et soutient autant les formes innovantes des communautés ecclésiales que les communautés paroissiales. Pour parvenir à cet équilibre, il faudra «réfléchir à une manière de réduire les offres et activités pastorales traditionnelles afin de donner du temps, de l’espace et de l’énergie pour des manières innovantes de vivre l’Église», estime le Conseil synodal. Les choix seront donc faits sur le terrain par les acteurs concernés auxquels seront donnés moyens et compétences.

Une stratégie qui passe par la décentralisation, avec le développement de l’échelon régional comme fédérateur des lieux d’Église; la priorisation de thématiques porteuses et une communication proactive. À propos des thématiques porteuses justement, ce sont le lien et le travail avec les familles et la transition écologique, sociale et spirituelle qui tiendront le haut du panier.

Quel avenir pour la paroisse?

La proposition a été actée non sans débats fournis et une série d’amendements de la part des délégués. Si personne ne remet en cause la nécessité, voire l’urgence du changement, les questionnements comme les inquiétudes ont occupé tous les écrans. Plusieurs délégués ont notamment appelé à la non dévaluation de la paroisse. «La biodiversité doit se vivre dans l’Église locale, car elle est le lieu prophétique où l’identité fondamentale peut se construire autour du Christ et supplante les autres identités particulières», a exprimé le délégué Frédéric Keller. «Il est nécessaire de développer les compétences des communautés locales. Celles-ci peuvent changer de logique si on leur en donne les moyens», a ajouté le délégué David Freymond. Sans compter les voix qui se sont exprimées en faveur d’un souci pour «ceux qui viennent encore à l’église et qui y trouvent une nourriture spirituelle». Le conseiller synodal Vincent Guyaz s’est voulu rassurant dans sa réponse, insistant sur le fait qu’«il ne s’agit pas d’éliminer les paroisses.»

Il n’y a donc «plus qu’à»! Le processus est lancé, reste à mettre en place cette nouvelle vision de façon concrète, en attendant avec impatience le Synode de juin prochain pour prendre connaissance de l’enveloppe des dotations, afin de permettre aux Régions de connaître les forces mises à leur disposition.

Baisse des contributions

Les discussions se sont poursuivies sur les finances. L’exécutif de l’EERV a présenté à l’assemblée un budget équilibré pour 2021, permettant, grâce à des économies de charges au niveau cantonal, de disposer d’une marge de manœuvre de 1,6 million de francs, soit 4% du budget, pour mettre en place de nouveaux projets stratégiques, dans la droite ligne du programme de législature.

C’était sans compter la hausse prévue des contributions paroissiales et régionales à l’Église cantonale. Des délégués n’ont pas manqué d’exprimer un certain ras-le-bol se faisant les porte-voix du terrain. Face aux frais de fonctionnement à assumer, à la baisse du nombre de paroissiens, et donc de soutiens financiers, couplés à la demande de créativité et d’innovation et à la hausse des contributions, la situation devient intenable dans certaines paroisses du canton qui ont «la tête sous l’eau». Sans surprise, ou presque, un amendement demandant une baisse d’environ 10% des contributions cantonales les ramenant à 3 millions, soit une économie de 340'000 a été accepté. Le budget s’est donc finalement trouvé déficitaire de 391'400 francs. Les projets stratégiques, quant à eux, seront soumis à la commission des finances, dans une volonté d’optimisation.

Et aussi

Les modifications du Règlement ecclésiastique concernant l’autorité de surveillance des fondations ecclésiastiques liées à l’EERV ont été validées en troisième lecture, permettant à celle-ci d’être désormais efficiente et d’entrer en fonction dès le mois de janvier 2021.

Une discussion sur les nouvelles formes de catéchèse a eu lieu en petits groupes. Elle s’est axée sur l’accompagnement des familles et la découverte de l’Évangile par la jeune génération, l’enfance comme un pôle communautaire privilégié et la tranche des 15-25 ans auprès de qui il faudra développer une catéchèse virale.