Déferlante de temples transformés en terrains de jeux

Plusieurs lieux de culte de Suisse romande ouvrent leurs portes aux escape games. Découverte de cette activité très à la mode, entre énigmes et mystères.

«Tout est prêt! Venez trouver le trésor caché et sauver l’humanité!» s’exclame Vanessa Trüb, pasteure de l’Église protestante de Genève, à l’initiative de la première «escape church» au temple de Plainpalais ce mois de janvier. Une première à Genève, mais pas en Suisse romande. 

Trouver un trésor

L’escape church s’inspire des jeux d’évasion (escape games ou escape rooms), dont l’objectif consiste à résoudre une énigme afin de pouvoir sortir du lieu dans lequel vous êtes enfermé. Un maître de jeu guide les quatre à huit participants pour récolter des indices. La partie dure une à deux heures.

Les escape churches proposent de faire ce jeu au sein d’un temple. «À la différence des offres commerciales, elles ont plutôt pour objectif de trouver un trésor. C’est plus positif! Par exemple, il faut retrouver une boîte, et sa clé, afin de pouvoir lire une lettre de Dieu» explique Ariane Baehni, pasteure et «maître de jeu» de l’escape game du temple de Vallorbe (VD). «La découverte d’indices n’est pas linéaire. Un indice peut permettre d’en trouver un deuxième, mais pas toujours. Un peu comme dans la vie: il faut parfois beaucoup de temps pour mettre différents éléments ensemble et comprendre la guidance de Dieu.»

Rôle de libérateur

Au temple d’Echallens (VD), Christian Vez et les jeunes de la région ont imaginé que le sonneur de cloches était retenu prisonnier. «Dans notre jeu, le participant n’est pas emprisonné. Il a un rôle de libérateur, explique le pasteur. J’avais envie que les gens puissent se sentir chez eux dans le temple. J’aime aussi l’idée qu’ils jouent ensemble, et non les uns contre les autres. Le côté sacré du jeu vient des énigmes qui sont en lien avec le lieu.»

Textes bibliques, vitraux, objets insolites: tous les éléments du temple servent de prétexte à des énigmes. «Cela permet d’explorer les symboliques chrétiennes de façon ludique, explique Vanessa Trüb. Pour un public extraecclésial, c’est une porte d’entrée sympathique sur ce que nous sommes. C’est aussi une manière pour les jeunes qui s’investissent de vivre leur ministère Jack (ndlr : jeune accompagnant de camps ou de catéchisme).»

 

Spectacle interactif

À La Chaux-de-Fonds (NE), les jeunes de la paroisse sont allés plus loin : ils ont monté un scénario autour du meurtre (fictif) d’un pasteur en 2018. Une nouvelle création sera proposée dans le cadre du festival de jeu Ludesco, du 20 au 22 mars prochain. Il s’agit d'un escape game accompagné par des acteurs. «Les joueurs et joueuses sont confrontés à des personnages fictifs qui livrent des indices, ce qui n’est pas le cas dans les escape games. À ne pas confondre non plus avec les jeux de rôle, où les participants doivent incarner des personnages», explique Stéphane Gilliand, un des jeunes de la paroisse qui a imaginé cette activité. Énorme succès au festival l’année dernière puisque les onze sessions, ouvertes chacune à dix participants, ont affiché complet. «Nous voulons montrer que l’Église, c’est des gens qui font des activités dans l’air du temps, et c’est aussi des jeunes. C’est ce que j’appellerais de ‹la sensibilisation au monde chrétien›».

L’escape church peut même devenir mobile. Willy Mathez, diacre et animateur de «connexion 3d» (animation jeunesse des Eglises reformées de Berne-Jura), a créé un jeu autour du thème de Pâques. Depuis, il s’est déplacé dans une colonie de vacances, un théâtre et deux églises.

«La communion et la joie»

La paroisse de Trélex (VD) a choisi de professionnaliser son escape game. La recherche d’une mystérieuse icône comprend des effets techniques, des bruitages, des trucages…

«Nous avons six à huit parties par semaine, se félicite Isabelle Court, pasteure et responsable du déploiement de l’activité. Nous visons principalement des gens qui n’entrent jamais dans un temple. Les temples sont des lieux de vie. Pourquoi ne pas venir y jouer? Cela permet la communion et la joie. C’est loin d’aller contre l’Evangile!»

Voulez-vous jouer dans une église vaudoise?

Découvrez le reportage de «Hautes fréquences» au «Trélexcape Game»

À vous de jouer

Genève

 Vaud

  • Église de Trélex, « L’icône perdue », www.trelexcape.ch
  • Temple d’Echallens, «Venez délivrer Matthieu, le sonneur de cloches!», Christian Vez, christian.vez@eerv.ch 
  • Temple de Vallorbe, Ariane Baehni, 021 331 56 91

La Chaux-de-Fonds

Berne-Jura