Vous sentez-vous responsables?

Protestinfo propose régulièrement des éditos rédigés par des membres des rédactions de Médias-pro.

Joël Burri, responsable de Protestinfo, revient sur la campagne «le benzène tue» de Pain pour le prochain.

Photo: Une fabrique de jouets en Chine CC(by-nc) Chris/dcmaster

«Le benzène tue: rien qu’en Chine, on estime à près de 100’000 le nombre de décès, jusqu’à aujourd’hui, des suites d’une intoxication au benzène. Ce produit est utilisé dans la phase finale de fabrication des téléphones portables», peut-on lire sur le site de Pain pour le prochain (PPP). Et l’organisation de rappeler que selon les principes directeurs de l’ONU, «l’ensemble des acteurs de la chaîne d’approvisionnement a une responsabilité pour faire en sorte que les droits humains soient respectés le long du processus de production.» Or, les revendeurs suisses ne semblent n’avoir que peu d’intérêt pour les empoisonnements au benzène en Chine.

Ou plutôt semblaient, puisqu’avec un peu moins de 5000 signatures, PPP a déjà obtenu des promesses de changement ou de négociations des deux principaux opérateurs téléphoniques suisses, qui sont par la force des choses aussi les plus gros revendeurs de smartphone.

J’aime bien cette notion de chaîne de responsabilités. Elle nous rappelle que nos choix de tous les jours ont un impact. Lorsque je grappille quelques francs lors d’un achat, je donne le signale au vendeur que le prix et l’argument de vente auquel je suis le plus sensible. Il se sentira donc légitimé à faire pression sur ses fournisseurs et en bout de chaîne c’est l’ouvrier du Shenzhen ou l’agriculteur du Gros-de-Vaud qui devra une fois de plus sacrifier un peu de son pouvoir d’achat ou de sa santé.

Attention toutefois à ne pas faire porter sur le consommateur final l’entier de la responsabilité par «effet de chaîne». D’ailleurs, qui reprocherait à une mère célibataire sous-payée de chercher avant tout les produits les meilleurs marchés? Mais, ce qui est bien avec l’image de la chaîne, c’est que chaque maillon a sa responsabilité: chaque intermédiaire pourrait se fixer des limites éthiques, chaque maillon pourrait avoir d’autres préoccupations que simplement préserver sa marge ou ses part de marché.

On dit aussi d’une chaîne que sa solidité est celle du maillon le plus faible. Et ce que nous montre Pain pour le prochain, c’est qu’il suffit parfois de pas grand-chose pour renforcer un maillon. Une simple pétition, un peu de communication et deux des trois géants suisses des télécommunications se disent prêts à revoir leurs pratiques et à assumer leur responsabilité.

Comme consommateur, assumer sa part de responsabilité passe probablement par le fait de s’informer, de refuser l’inacceptable et de le faire savoir.